Quand le patrimoine est source de controverses
Random header image... Refresh for more!

Article UNESCOPRESS : »La communauté internationale apporte son soutien à la campagne #Unite4Heritage de l’UNESCO à Tombouctou. ».

Les Ambassadeurs du Maroc, de l’Afrique du Sud, de l’Union européenne, de la France, de l’Allemagne et de la Suisse ainsi que les représentants de USAID, la MINUSMA et la Banque mondiale ont apporté leur soutien à la campagne de l’UNESCO #Unite4Heritage lors de la visite qu’ils ont effectuée sur le site du patrimoine mondial de Tombouctou. Cette campagne a été lancée à Bagdad le 28 mars pour contribuer à soutenir le patrimoine là où il est menacé par le sectarisme et la violence extrême.

© UNESCO/Emmanuelle HernandezInternational community supports UNESCO’s #Unite4Heritage campaign in Timbuktu, Mali

© UNESCO/Emmanuelle HernandezInternational community supports UNESCO’s #Unite4Heritage campaign in Timbuktu, Mali

Les visiteurs, épaulés par des maçons locaux, ont posé une brique symbolique pour la reconstruction des  mausolées de Tombouctou. La visite était organisée par l’UNESCO en coopération avec les autorités du Mali et la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali(MINUSMA).

La reconstruction des monuments du patrimoine mondial de Tombouctou est entrée dans sa dernière phase. Lancée en mars de l’année dernière, la réhabilitation des 14 mausolées détruits par des groupes armés en 2012 devrait prendre fin en juillet 2015.

Cette dernière phase concerne trois mausolées situés dans le cimetière des trois saints (Cheick Sidi Ben Amar, Cheick Abdoul Kasim Al Taouati, et Cheick Sidi El Mikki), les mausolées Alpha Moya, Sidi Mahmoud, El Moctar Al Kounti, El Boukkou et d’autres répartis à travers la ville et ses alentours.

La mise en œuvre de cette dernière phase de reconstruction s’appuie sur des études techniques et architecturales ainsi que sur l’élaboration d’un dossier technique réalisé en amont par les architectes. Ce dossier permet aux maçons locaux de rester fidèles aux techniques traditionnelles de construction et de respecter l’intégrité de ces monuments inscrits sur la Liste du patrimoine mondial. Le but de cette démarche était également de placer les communautés de Tombouctou au cœur du processus de réhabilitation et de conserver toute la valeur patrimoniale de ces mausolées pour les populations locales.

Les travaux constituent l’aboutissement du Plan d’Action mis en place par l’UNESCO et le Mali en février 2013, avec l’appui de la France. Cette stratégie a permis de mobiliser de nombreux partenaires financiers tels que la Suisse et l’Union européenne, dont les contributions garantissent la réalisation et la coordination des travaux. La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) apporte en outre son soutien logistique dans le cadre de cette action.

Les mausolées qui composent le site du patrimoine mondial  témoignent de l’âge d’or de Tombouctou en tant que centre économique, intellectuel et spirituel au 15e et 16e siècle. Ces monuments sont aussi des témoignages exceptionnels de l’architecture de terre dont l’entretien, jusque-là assuré par les habitants, a été délibérément interrompu pendant l’occupation de la ville. Seize de ces monuments font partie du site malien inscrit sur la Liste du patrimoine mondial.

***

Contact médias: Oumou Sanogo, Bureau de l’UNESCO à Bamako,o.sanogo(at)unesco.org, + 223 795688817 (portable)

Galerie photo : http://www.unesco.org/new/en/media-services/multimedia/photos/photo-gallery-reconstruction-of-mausoleums-starts-in-timbuktu-mali/

source: UNESCO, ressources, service de presse, dernières actualités, »  La communauté internationale apporte son soutien à la campagne #Unite4Heritage de l’UNESCO à Tombouctou »[En Ligne] http://www.unesco.org/new/fr/media-services/single-view/
news/international_community_supports_unescos_unite4heritage_campaign_in_timbuktu/
#.VS0eNPmsVNM
(page consultée le 14/04/2015)

 

 

Please follow and like us:

avril 14, 2015   No Comments

Article TV5 Monde: « Les manuscrits de Tombouctou, un trésor qui tarde à retrouver son écrin. »

Les archivistes numérisent et classent laborieusement dans un ordinateur les précieux parchemins entassés sur des étagères métalliques. Rescapés des outrages du temps et de la fureur jihadiste, les manuscrits de Tombouctou risquent de dépérir, loin de leur légendaire cité malienne.

Cela restera un des épisodes marquants de cette résistance silencieuse au joug des jihadistes dans le nord du Mali exaltée par le film « Timbuktu », qui a triomphé aux Césars français du cinéma: l’évacuation clandestine en 2012 vers Bamako, la capitale du Mali, de centaines de milliers de manuscrits anciens, trésor culturel de l’islam d’Afrique subsaharienne.

L’immense majorité des documents se trouvait donc à l’abri lorsque les islamistes ont incendié le nouveau bâtiment de l’Institut de recherches islamiques Ahmed Baba en janvier 2013 à Tombouctou, en brûlant près de 4.200, selon l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), juste avant de fuir la ville face à l’avancée de l’armée française venue soutenir le gouvernement central.

« C’est moi-même qui ai amené les manuscrits ici », raconte sobrement Mohammed al-Kadi Maïga, un bibliothécaire de l’Institut Ahmed Baba qui veille à leur préservation à Bamako, après avoir personnellement organisé trois passages clandestins de milliers de traités d’astronomie, de physique, de chimie ou de littérature, dissimulés dans des malles, des sacs à dos, des sacs de riz…

« On a vu en Irak: les manuscrits et le patrimoine ont été saccagés » après l’invasion américaine de 2003, dit-il pour expliquer la décision du personnel de l’Institut et des familles de Tombouctou détentrices de collections séculaires de les soustraire à la furie jihadiste.

« S’ils nous avaient arrêtés, peut-être qu’ils nous auraient coupé les mains », frémit rétrospectivement Mohammed al-Kadi Maïga, fier de parler avec ses collègues en arabe classique, langue elle aussi revendiquée par les temporaires maîtres extrémistes de Tombouctou pour imposer leur autorité aux diverses populations du Nord.

– Retour hasardeux –

Selon le représentant de l’Unesco au Mali, Lazare Eloundou, « il y a au moins 370.000 manuscrits qui ont été exfiltrés de Tombouctou et de sa région ».

Il déplore en revanche « une perte inestimable » pour les quelque 4.200 partis en fumée, précisant que « les manuscrits qui ont été brûlés, détruits, étaient les manuscrits qui étaient en salle de restauration ».

« Ceux qui détruisent, détruisent pour imposer aux communautés qui sont dans les territoires qu’ils occupent leur propre conception de la vie, de la culture, de la religion, pour mieux dominer ces populations », estime le représentant de l’Unesco: « Quand on veut effacer votre passé, ça veut dire que vous n’avez jamais existé avant ».

Cette mine de savoir encore largement inexplorée recèle des manuscrits remontant pour certains jusqu’au XIIe siècle.

Dans le bâtiment improvisé de l’Institut Ahmed Baba à Bamako, une copie de biographie du prophète Mohammed du XIIe siècle côtoie ainsi un Coran en écriture haoussa du XVIIIe siècle, près d’un exemplaire du traité de Madrid de 1880 sur les protections consulaires accordées par le Maroc aux représentants de pays occidentaux.

Mais pour survivre, ce patrimoine devra regagner Tombouctou, un chemin du retour aussi périlleux que l’aller, préviennent les spécialistes.

« Il est impératif de renforcer les conditions de conservation des manuscrits anciens actuellement à Bamako face aux risques de détérioration rapide auxquels ils sont exposés », ont conclu les participants à une conférence internationale sur ce thème dans la capitale malienne fin janvier, appelant à « l’adoption d’un plan d’urgence ».

« Faire retourner les manuscrits à Tombouctou, c’est une obligation, c’est un devoir, on est obligés un jour de retourner à Tombouctou. Mais quand? C’est ça le point d’interrogation », reconnaît le directeur de l’Institut Ahmed Baba, Abdel Kadri Idrissa Maïga.

« Il faut d’abord réhabiliter les locaux pour que ces locaux soient appropriés à recevoir ces manuscrits. Il faut avoir aussi le maximum de sécurité », souligne-t-il, alors que les violences et l’instabilité augmentent dans le nord du pays.

 

Par Selim SAHEB ETTABA
© 2015 AFP
Mise à jour 26.02.2015 à 10:30
source:TV5 Monde, information,en continu, culture/ art de vivre, « Les manuscrits de Tombouctou, un trésor qui tarde à retrouver son écrin. » [En Ligne]
http://information.tv5monde.com/en-continu/les-manuscrits-de-tombouctou-un-tresor-qui-tarde-retrouver-son-ecrin-1862 (page consultée le 26/02/2015)
Please follow and like us:

février 26, 2015   No Comments

Article UNESCOPRESS : »L’UNESCO et l’Union européenne s’engagent en faveur de la reconstruction du patrimoine culturel de Tombouctou au Mali. »

16.05.2014 – UNESCOPRESS

Le Commissaire européen au Développement, Andris Piebalgs, et le directeur du bureau de l’UNESCO à Bamako, Lazare Eloundou Assomo, ont signé aujourd’hui à Tombouctou (Mali) un accord qui permettra de financer la restauration du patrimoine culturel de Tombouctou.

« La reconstruction de ce patrimoine culturel détruit, si cher au Mali, contribuera non seulement à la réconciliation des communautés, mais aussi à la redynamisation du secteur économique de la région par sa valorisation touristique » a déclaré le Commissaire Andris Piebalgs à l’occasion de la cérémonie de signature, qui s’est tenue en présence de Moussa Mara, Premier ministre du Mali, et de Bert Koenders, Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU et chef de la Mission Multidimensionnelle Intégrée de Stabilisation des Nations Unies au Mali (MINUSMA), qui apportera l’appui logistique indispensable au projet.

Dans une déclaration, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a exprimé la satisfaction de l’UNESCO et sa reconnaissance vis-à-vis de l’Union européenne et des autres bailleurs de fonds qui soutiennent le Mali. « L’accord signé aujourd’hui prouve que nous sommes sur la bonne voie. Les deux premiers mausolées viennent d’être reconstruits et ce nouvel accord vient à point nommé pour accélérer les travaux et rendre aux Maliens ce patrimoine qui fait partie de leur identité et qui sera un facteur important de leur réconciliation. C’est vital pour le Mali et c’est important pour le monde car ce patrimoine mondial est notre héritage commun », a assuré la Directrice générale.

L’objectif du projet de reconstruction du patrimoine malien est de soutenir le gouvernement dans la réhabilitation de son patrimoine culturel et la sauvegarde des manuscrits de la région de Tombouctou, gravement endommagés lors du conflit qu’a connu le pays entre 2012 et 2013. Grâce à un financement de 500 000 euros alloué par l’Union européenne, l’UNESCO coordonnera la reconstruction des mausolées détruits, la réhabilitation des mosquées et bibliothèques privées, les actions de conservation des manuscrits anciens et s’emploiera à promouvoir des activités de formation du personnel local, garant de leur préservation durable.

Quatorze des seize mausolées de Tombouctou inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO ont été détruits par les groupes armés lors du conflit. Quant aux manuscrits anciens du Mali, ils constituent un patrimoine documentaire unique de l’histoire de l’Afrique et de l’humanité, dont les plus anciens remontent au 13esiècle. Lors du conflit, plus de 4 000 manuscrits de l’Institut Ahmed Baba ont été perdus. Une partie de ces manuscrits a été brûlée ou volée, alors que plus de 10 000 autres (sur une collection qui en comptait plus de 40 000) se trouvent dans des conditions de stockage et de conservation critiques. Plus de 300 000 autres manuscrits ont pu été discrètement exfiltrés à Bamako par les communautés elles-mêmes, et se trouvent aujourd’hui dans des conditions de conservation difficiles.

Le projet sera mené en collaboration étroite avec les ministères de la Culture et de l’Education supérieure et de la recherche scientifique du Mali. L’UNESCO veillera à assurer une large participation des communautés concernées.

source: UNESCO, ressources, service de presse,dernières actualités, « L’UNESCO et l’Union européenne s’engagent en faveur de la reconstruction du patrimoine culturel de Tombouctou au Mali », [En Ligne] http://www.unesco.org/new/fr/media-services/
single-view/news/unesco_and_european_union_undertake_to_reconstruct_
the_cultural_heritage_of_timbuktu/#.U3d23vl_upc (page consultée le 17/05/2014)

Please follow and like us:

mai 17, 2014   No Comments

Grand reportage RFI : « Sauver les manuscrits de Tombouctou : le dernier chapitre reste à écrire »

Diffusé le mercredi 8 janvier 2014

 

Les manuscrits de Tombouctou, vous en avez entendu parler, ce sont ces textes très variés, très anciens aussi, qui font la richesse du patrimoine de Tombouctou. On estime leur nombre à près de 370 000. Mais ça, c’était avant l’occupation du nord du Mali par les groupes armés. Pendant cette période de dix mois, d’avril 2012 à janvier 2013, les groupes islamistes s’en sont pris à ce fabuleux trésor, dans des proportions qui sont restées heureusement assez limitées grâce à des Tombouctiens à la fois érudits et courageux, qui ont inventé divers stratagèmes pour les sauver. Mais aujourd’hui, de nouveaux dangers les guettent.

 

source: RFI, toutes les émissions, grand reportage, archives, mercredi 08 janvier 2014, « Sauver les manuscrits de Tombouctou : le dernier chapitre reste à écrire » [En Ligne] http://www.rfi.fr/emission/20140108-sauver-manuscrits-tombouctou-le-dernier-chapitre-reste-ecrire/(page consultée le 20/03/2014)

 

Please follow and like us:

mars 20, 2014   No Comments

Article UNESCOPRESS : »Début des travaux de reconstruction des mausolées de Tombouctou (Mali) inscrits sur la Liste du patrimoine mondial. »

©: UNESCO/Sokona Tounkara

©: UNESCO/Sokona Tounkara

Les habitants de Tombouctou ont lancé aujourd’hui les travaux de reconstruction des mausolées du patrimoine mondial endommagés au cours de l’occupation du nord et du centre du Mali par des groupes armés en juillet 2012.

Au cours de l’occupation, les extrémistes ont commencé à détruire les mausolées, des édifices qui témoignent de l’âge d’or de Tombouctou en tant que centre économique, intellectuel et spirituel au 15e et 16e siècle. Ces monuments sont aussi des témoignages exceptionnels de l’architecture de terre dont l’entretien, jusque-là assuré par les habitants, a été délibérément interrompu par les insurgés. Seize de ces monuments font partie du site malien inscrit sur la Liste du patrimoine mondial.

La reconstruction, qui sera confiée à un groupe de maçons locaux sous la supervision de l’Imam de Djingareyber, devrait durer un mois. Le projet a été financé par le Mali et l’UNESCO avec le concours d’Andorre, du Royaume de Bahreïn, de la Croatie, de Maurice et grâce au soutien logistique de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA).

Au cours d’une cérémonie qui s’est tenue aujourd’hui, le ministre de la Culture du Mali, Bruno Maiga a posé la première pierre de terre des mausolées de Sheik Baber Baba Idjè et Sheik Mahamane Al Fullani en présence de David Gressly, Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies pour le Mali ; Moustapha Dicko, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

©: UNESCO/Sokona Tounkara

©: UNESCO/Sokona Tounkara

Le ministre de la Culture a décrit l’événement comme un signe de reconnaissance de l’antique culture du Mali et déclaré : « La cérémonie vient couronner les efforts conjoints du gouvernement du Mali, de l’UNESCO et d’autres partenaires techniques et financiers pour sauvegarder le patrimoine culturel du Mali, en particulier celui du nord et du centre du pays. »

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a décrit le lancement des travaux de reconstruction comme un jour marquant pour l’UNESCO : « La réhabilitation du patrimoine culturel de Tombouctou est cruciale pour la population malienne, pour les habitants de la ville et pour le monde. Le nom de Tombouctou est inscrit dans l’imaginaire de millions de personnes dans le monde et c’est un heureux jour pour nous à l’UNESCO parce que les efforts que nous avons consentis pour aider à la mobilisation en faveur de la population et de la culture de cette région du monde sont couronnés de succès. »

Albert Gerard Koenders, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies et chef de la MINUSMA, a déclaré : « Protéger les civils passe aussi par une sauvegarde de leur histoire et de leur identité. Les travaux de reconstruction des mausolées de Tombouctou qui débutent aujourd’hui sont importants dans la mesure où ces mausolées constituent un élément indissociable de l’identité de la ville dont l’objectif même est de protéger ses habitants. »

Des diplomates de l’Union européenne, de France, d’Afrique du Sud et de Suisse ont également pris part à la cérémonie.

source: UNESCO, ressources, service de presse, dernières actualités, » Début des travaux de reconstruction des mausolées de Tombouctou (Mali) inscrits sur la Liste du patrimoine mondial » [En Ligne] http://www.unesco.org/new/fr/media-services/in-focus-articles/reconstruction-of-world-heritage-mausoleums-starts-in-timbuktu-mali/ (page consultée le 15/03/2014)

 

Please follow and like us:

mars 15, 2014   No Comments

Article « unescopress »: Lancement du processus de réhabilitation du patrimoine culturel de Tombouctou.

Les travaux de crépissage de la mosquée de Djingareyber, la plus grande mosquée de Tombouctou, ont été lancés à l’occasion d’une mission conjointe du ministère de la culture du Mali, sous l’égide du ministre, Bruno Maïga, et du bureau de l’UNESCO à Bamako qui s’est rendue sur place du 14 au 16 août.

La mosquée de Djingareyber, la plus grande de la ville et l’une des trois du site du patrimoine mondial de Tombouctou, abrite deux des 14 mausolées qui ont été complètement détruits par les groupes armés rebelles. Elle n’a fait l’objet d’aucun entretien pendant la période d’occupation ce qui l’exposait à d’importants risques de dégradation.

En marge du crépissage, un travail de relevés architecturaux et d’estimation des coûts de réhabilitation/reconstruction des édifices endommagés à Tombouctou dont les mausolées est également sur place. Ce travail est réalisé par des architectes et de techniciens maliens contractés par le Ministère de la culture (Direction nationale du Patrimoine Culturel) grâce à un appui financier mis à disposition par l’UNESCO.

Ces travaux de crépissage marquent le démarrage des activités de réhabilitation qui vont s’étendre aux mausolées, au monument El Farouk, au Centre de manuscrits anciens Ahmed Baba,à d’autres édifices et objets culturels majeurs, ainsi qu’au patrimoine culturel immatériel endommagés pendant le conflitarmé. Les communautés locales seront étroitement associées à toutes les étapes du processus. «Le Gouvernement du Mali et l’UNESCO sont en train d’œuvrer, pour restaurer  les monuments et les mausolées de Tombouctou. Cette mission nous met en confiance, on sent que les promesses se concrétisent », a déclaré l’imam de la mosquée de Djingareyber, Abderahamane Ben Essayouti.

Cette mission s’inscrit dans la mise en œuvre des recommandations de la mission conjointe d’évaluation de l’UNESCO et du Mali dépêchée par la Directrice générale, Irina Bokova, en juin dernier à Tombouctou et qui a notamment révélé la dimension réelle des dommages causés au patrimoine culturel et aux manuscrits anciens.

Le démarrage des actions de réhabilitation du patrimoine culturel et des manuscrits anciens représente un véritable symbole pour les populations de Tombouctou. Il marque  la fin d’une période caractérisée par la destruction du  patrimoine culturel et la privation des pratiques et expressions culturelles.

Source : Unesco, service de presse, actualités [En Ligne]
http://www.unesco.org/new/fr/media-services/single-view/news/work_begins
_on_repairing_and_rebuilding_timbuktus_cultural_heritage/#.Uh9AIRvp1y0

(page consultée le 29/08/2013)

Please follow and like us:

août 29, 2013   No Comments

Article « UNESCOPRESS »: Les dommages causés au patrimoine culturel de Tombouctou sont plus sérieux que prévu d’après une mission de l’UNESCO.

Une équipe d’experts de l’UNESCO a découvert que les dommages causés au patrimoine culturel de Tombouctou sont plus importants que ce qui avait été envisagé initialement. L’équipe s’est rendue dans la célèbre ville afin d’évaluer les dégâts causés à son patrimoine culturel après les attaques menées par les forces rebelles qui ont occupé la région jusqu’au début de l’année. Cette mission est la première étape vers la reconstruction et la sauvegarde de ces sites, dont plusieurs figurent sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

« La destruction infligée au patrimoine de Tombouctou est encore plus alarmante que ce que nous pensions », a déclaré Lazare Eloundou Assomo du Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO, qui a conduit cette mission. « Nous avons découvert que 14 des mausolées de Tombouctou, notamment ceux qui se trouvent sur des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO, ont été totalement détruits ainsi que deux autres sur la mosquée de Djingareyber. Le monument emblématique El Farouk, à l’entrée de la ville, a été rasé. Nous estimons que 4203 manuscrits du Centre de recherche Ahmed Baba sont perdus et que 300 000 autres, qui ont été soustraits et déplacés –essentiellement à Bamako-, nécessitent d’urgentes mesures de conservation ».

Cette mission est conduite par l’UNESCO avec le soutien de la Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA). Elle est composée d’experts de l’ICOMOS, de l’ICCROM, de l’AWHF, de CRAterre, del’ICOM, de l’IFLA, de l’Ecole du patrimoine africain (EPA), du Trust Aga Khan pour la culture, de la Bibliothèque nationale de France du gouvernement français, de l’Union européenne et d’une équipe de spécialistes maliens.

Du 28 mai au 3 juin, l’équipe malienne a mené des enquêtes poussées dans la ville et s’est entretenue avec les communautés locales. Le 6 juin, les membres de l’équipe internationale se sont rendus à Tombouctou. Une réunion organisée le 7 juin au matin dans la capitale, Bamako, a permis de mettre en commun le résultat des observations des deux équipes.

L’objectif était de réunir autant d’informations que possible sur l’état du patrimoine culturel de la ville, d’établir ce qui doit être restauré, reconstruit et de protéger ce patrimoine. Il s’agissait aussi de définir comment ce travail doit être mené à bien. Les résultats serviront à finaliser un Plan d’action pour le Mali. Ce plan a été préparé au cours d’une réunion de haut-niveau organisée au siège de l’UNESCO le 18 février.

« A Tombouctou, nous avons rencontré des représentants des autorités administratives et militaires locales, des responsables religieux et les personnes chargées de sécuriser le patrimoine  culturel afin de mieux comprendre ce qui s’est passé, pas seulement en ce qui concerne les sites, les musées et les collections de manuscrits mais aussi pour ce qui est du patrimoine vivant de la région : les pratiques culturelles et religieuses qui définissent les populations de la région », a déclaré Lazare Eloundou Assomo.

« Nous avons visité tous les sites endommagés ou détruits avec l’aide des responsables locaux », a-t-il poursuivi. « Nous avons accordé une importante particulière aux mausolées du Cimetière des Trois Saints et au cimetière Alpha Moya. Nous avons visité l’Institut Ahmed Baba ainsi que plusieurs bibliothèques privées pour évaluer l’état des collections de manuscrits et l’état de conservation des trois mosquées. Nous nous sommes aussi longuement entretenus avec les communautés de Tombouctou et avons écouté leurs points de vue sur les manières d’envisager la reconstruction des mausolées, de sauvegarder les manuscrits, faire revivre le patrimoine immatériel et inscrire cette action dans un mouvement plus large en faveur d’une paix durable et de la réconciliation ».

Le 5 juin, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a rappelé l’engagement de l’Organisation en faveur de la reconstruction du Mali et de la sauvegarde de son patrimoine culturel.

Lors d’une cérémonie au cours de laquelle le Président français, François Hollande, s’est vu remettre le Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix pour son action en janvier visant à mettre fin à la prise de contrôle du Nord du Mali par des insurgés et ramener la paix et la stabilité dans la région, Irina Bokova a déclaré que la réhabilitation du patrimoine malien « n’est pas seulement une question de restauration mais aussi une question de valeurs ». « L’UNESCO a sauvé les temples d’Egypte et reconstruit le pont de Mostar, a-t-elle déclaré. L’UNESCO reconstruira les mausolées du Mali ».

source: UNESCO, service de presse, actualités [En Ligne]
http://www.unesco.org/new/fr/media-services/single-view/news/damage_to_
timbuktus_cultural_heritage_worse_than_first_estimated_reports_unesco_mission/

(page consultée le 12/06/2013)

Please follow and like us:

juin 12, 2013   No Comments

Article « UNESCOPRESS »: La Directrice générale de l’UNESCO déplore les nouvelles destructions de mausolées à Tombouctou.

« Je suis profondément choquée par l’acharnement avec lequel de nouvelles destructions de mausolées à Tombouctou ont été perpétrées » a déclaré Irina Bokova suite aux informations selon lesquelles au moins trois mausolées auraient été détruits dont celui des jumeaux Al Hassan et Al Houseyni le 23 décembre dernier au Mali.

La Directrice générale a rappelé l’engagement de l’UNESCO, aux côtés du peuple malien depuis les toutes premières destructions intervenues sur les mausolées maliens, en juillet dernier, qui avaient conduit à l’envoi de deux missions d’urgence par la Directrice générale afin d’évaluer les dommages, ainsi qu’à l’adoption par le Comité du patrimoine mondial d’une résolution visant la création d’un fonds d’urgence pour la réhabilitation et la sauvegarde de l’ensemble biens culturels maliens.

« J’en appelle à l’ensemble de la communauté internationale pour que toutes les mesures nécessaires soient prises  de toute urgence pour garantir la protection de ces biens qui constituent un important repère identitaire et culturel du peuple malien, et de l’humanité », a ajouté la Directrice générale.

« Un tel acharnement sur ces trésors inestimables de notre humanité,  est un crime contre le peuple malien, qui a toujours su faire part d’une grande tolérance envers les différentes pratiques religieuses et  spirituelles » a conclu Irina Bokova.‪

source: UNESCO, service de presse, actualités [En Ligne]
http://www.unesco.org/new/fr/media-services/single-view/news/unesco_director_general_
deplores_new_destruction_of_timbuktu_mausoleums-1/
(page consultée le 26/12/2012)

 

Please follow and like us:

décembre 26, 2012   No Comments

Article « TV5 Monde » : Mali: les mausolées de la grande mosquée de Tombouctou détruits par les islamistes.

BAMAKO (AFP) – 10.07.2012 11:25

Les islamistes qui occupent et contrôlent Tombouctou, dans le nord-ouest du Mali, étaient en train d’y détruire mardi les deux mausolées de la plus grande mosquée de la ville, classée patrimoine mondial en péril, ont rapporté des témoins à l’AFP.

Un habitant de Tombouctou devant la grande mosquée de Djingareyber AFP/Archives - Issouf Sanogo

« Actuellement, les islamistes sont en train de détruire deux mausolées de la grande mosquée de Djingareyber de Tombouctou. Ils tirent en l’air pour chasser la foule, pour lui faire peur », a déclaré un des témoins, un autre ajoutant qu’ils utilisaient « des houes » et « des burins ».

« Les deux mausolées jouxtent la partie ouest du mur externe de la grande mosquée et les islamistes ont des houes, des burins, ils tapent fort sur les mausolées qui sont en calcaire. Ils disent qu’ils vont tout détruire », a affirmé un proche de l’imam de la mosquée.

Selon un autre témoin, les islamistes, aux cris d' »Allah Akbar » (Dieu est grand), « s’acharnent sur les mausolées de la mosquée qui font partie des plus importants de Tombouctou ». Il a ajouté qu’ils sont « nombreux et ont coupé les deux principales routes menant à la mosquée ».

Ce témoin a affirmé que les islamistes ont demandé à une équipe de la chaîne de télévision du Qatar Al Jazira, présente à Tombouctou, « de filmer la scène ».

Les 1er et 2 juillet, les islamistes du groupe armé Ansar Dine (Défenseurs de l’islam), qui contrôle la ville depuis plus de trois mois, avaient déjà détruit sept des seize mausolées de saints musulmans de Tombouctou et brisé la porte sacrée d’une autre mosquée, provoquant l’indignation au Mali et à l’étranger.

Les destructions avaient été interrompues le 2 juillet, mais Ansar Dine avait promis qu’elles se poursuivraient.

Un proche du porte-parole d’Ansar Dine à Tombouctou a déclaré mardi à l’AFP que « désormais, dès que les étrangers vont parler de Tombouctou », les islamistes s’attaqueront à tout ce qu’on appelle « patrimoine mondial ».

« Il n’y a pas de patrimoine mondial. ça n’existe pas. C’est pour nous les musulmans. Les cafres (infidèles) ne doivent pas se mêler de nos affaires », a pour sa part affirmé un djihadiste tunisien se présentant comme Ahmed, membre du « comité média » des islamistes dans le nord du Mali, présent à Tombouctou.

« Nous allons tout détruire, même si les mausolées sont à l’intérieur des mosquées, et après nous allons détruire les mausolées qui sont dans la région de Tombouctou », a-t-il affirmé.

D’autres mausolées sont notamment situés à Araouane et Gassra-Cheick, deux localités de la région de Tombouctou.

Les trois villes et régions administratives du nord du Mali, Tombouctou, Gao et Kidal, qui représentent plus de la moitié du territoire malien, sont occupées depuis fin mars/début avril par Ansar Dine et un autre groupe armé islamiste, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), alliés d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

© 2012 AFP

source: TV5 monde, informations, monde [En Ligne] http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/p-1911-Mali-encore-des-mausolees-detruits-a-Tombouctou-par-les-islamistes.htm?&rub=2&xml=newsmlmmd.c2c21a03e0c50e31ed1d8d43c58314f8.b91.xml (page consultée le 10/07/2012)

Please follow and like us:

juillet 10, 2012   No Comments

Article « UNESCOPRESS »: Le Comité du patrimoine mondial appelle à cesser les destructions du patrimoine malien et adopte une décision afin de protéger ce patrimoine.

03.07.2012 – UNESCOPRESS

Le Comité du patrimoine mondial a condamné le 2 juillet la destruction des sites du patrimoine mondial au Mali et a adopté des mesures visant à aider le pays à protéger son patrimoine.

 

Mosquée de Sankore, Tombouctou, Mali - © UNESCO/Lazare Eloundu Assomo

Dans sa décision, le Comité, composé de 21 membres et en charge de la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial, a appelé la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, à créer un fonds spécial pour aider le Mali à la conservation de son patrimoine culturel.

Le Comité a également appelé tous les Etats membres de l’UNESCO, l’Organisation islamique internationale pour l’éducation, la culture et la science (ISESCO) et l’Organisation de la coopération islamique (OIC) à alimenter ce fonds.

La décision condamne vigoureusement les actes de destruction des mausolées à Tombouctou, qui est un site du patrimoine mondial, et appelle à mettre fin à ces « actes répugnants ».

Le texte de la décision demande aussi à la Directrice générale de l’UNESCO d’envoyer une mission au Mali dès que possible afin d’évaluer, en concertation avec les autorités nationales et locales, l’étendue des dommages et de définir les besoins urgents en termes de conservation.

Le Comité du patrimoine mondial a également reconnu les efforts déjà entrepris pour aider le Mali à préserver son patrimoine, notamment l’envoi par la Directrice générale d’une mission au mois de mai, les efforts de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (ECOWAS) et des pays de la région pour aider la population du Mali à sortir de cette crise.

Le Mali a récemment pris des mesures pour accéder au Second protocole relatif à  la Convention de La Haye de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé de 1999 qui, entre autres textes, sanctionne la destruction intentionnelle du patrimoine culturel.

Sources: UNESCO, service de presse, actualités [En Ligne] http://www.unesco.org/new/fr/media-services/single-view/news/world_heritage_committee_calls_for_end_to_destruction_of_malis
_heritage_and_adopts_decision_for_its_support/ (page consultée  le 05/07/2012)

 

Please follow and like us:

juillet 5, 2012   No Comments