Quand le patrimoine est source de controverses
Random header image... Refresh for more!

Article UNESCOPRESS: »La Directrice générale de l’UNESCO condamne les destructions au site de Nimrud. »

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, condamne les nouvelles destructions du site archéologique de Nimrud, mises en scène dans une vidéo circulant sur les médias sociaux.

© Creative Commons - Le Lamassu de Nimrud au nord-ouest du Palais d'Assurnasirpal II, Iraq.

© Creative Commons – Le Lamassu de Nimrud au nord-ouest du Palais d’Assurnasirpal II, Iraq.

« Je condamne cet acte de folie destructrice, qui marque une nouvelle escalade dans l’horreur. Il confirme que les terroristes ne se limitent pas à détruire les représentations figurées, bas-reliefs et statues, mais aussi le site lui-même et ses murs, à coups de pioches et d’explosifs, dans le but d’effacer systématiquement toute trace de l’histoire du peuple iraquien. »

La Directrice générale a exprimé sa solidarité avec le peuple et le gouvernement de l’Iraq et rappelé l’action de l’UNESCO pour la protection du patrimoine et pour coordonner les efforts de la communauté internationale dans la lutte contre le trafic illicite des objets culturels.

« La destruction délibérée du patrimoine est un crime de guerre. Nous mettons tout en œuvre pour lutter contre ces destructions et les documenter pour que les auteurs soient identifiés et traduits en justice, » a déclaré Irina Bokova.

« Face à la propagande de haine qui sous-tend ces destructions et qui circule sur internet, nous devons aussi répondre par des messages de paix et la connaissance de l’histoire. L’UNESCO soutient toutes celles et ceux, en Iraq et ailleurs, qui se mobilisent par tous moyens pour expliquer la valeur de ce patrimoine et rappeler que rien ne peut justifier sa destruction. Cette action sur les consciences est complémentaire de l’action de terrain, et j’invite les leaders politiques et religieux, la société civile, à s’exprimer sur tous les supports, dans le cadre de la campagne #Unite4Heritage, récemment lancée par l’UNESCO. »

L’UNESCO avait dénoncé la destruction du site de Nimrud le 6 mars dernier. Ces nouvelles images témoignent de la destruction totale de la partie nord-ouest du Palais d’Assurnasirpal II (datant de 879 avant J.-C.) dans le site de Nimrud (Kalhu, ancienne capitale de l’empire assyrien), situé à 32 km au sud de Mossoul, et de la destruction de sculptures et de dalles de pierre sculptées de l’époque néo-assyrienne.

L’UNESCO coopère activement avec le gouvernement de l’Iraq, avec les Etats voisins et l’ensemble de ses partenaires pour la protection de ce patrimoine millénaire de l’humanité.

source: UNESCO, ressources, service de presse, dernières actualités, » La Directrice générale de l’UNESCO condamne les destructions au site de Nimrud »[En Ligne] http://www.unesco.org/
new/fr/media-services/single-view/news/unesco_director_general_condemns_destruction
_at_nimrud/#.VS6Kb_msWCk
 (page consultée le 15/04/2015)

Please follow and like us:

avril 15, 2015   No Comments

Article UNESCOPRESS: »La Directrice générale appelle à protéger le patrimoine culturel du Yémen. »

Alors que le conflit s’intensifie au Yémen, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a exhorté toutes les parties impliquées à protéger le patrimoine culturel du pays.

UNESCO/Maria Gropa

UNESCO/Maria Gropa

« Le patrimoine culturel d’une nation est essentiel ; il permet aux citoyens de préserver leur identité, de tirer profit de leur diversité et de leur histoire et de construire un avenir pacifique » , a déclaré la Directrice générale. « Le patrimoine du Yémen est unique. Il reflète des siècles de réflexion sur l’islam, d’échanges et de dialogue. J’appelle les habitants du Yémen, ainsi que des pays de la région impliqués dans les opérations militaires au Yémen, à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour protéger le patrimoine culturel inestimable de ce pays ».

« L’expérience montre que le patrimoine culturel n’est jamais aussi vulnérable qu’en période de conflit. Il est crucial que les parties au conflit évitent de prendre pour cible les sites et les monuments du patrimoine culturel, que ce soit par des tirs d’artillerie, des frappes aériennes ou en les utilisant à des fins militaires », a mis en garde Irina Bokova.

La Directrice générale a rappelé à cet égard les obligations relevant du droit international humanitaire visant à protéger le patrimoine culturel, notamment la Convention pour la protection des biens  culturels en cas de conflit armé, adoptée à La Haye en 1954.

source:UNESCO, ressources, service de presse, dernières actualités, » La Directrice générale appelle à protéger le patrimoine culturel du Yémen » [En Ligne]
http://www.unesco.org/new/fr/media-services/single-view/news/director_general_calls_
for_the_protection_of_yemens_cultural_heritage/#.VRpdLfmsVNM(page consultée le 31/03/2015)

Please follow and like us:

mars 31, 2015   No Comments

Article CultureBox : »L’ONU veut améliorer la protection du patrimoine irakien. »

 

Irina Bokova lors d'une conférence de presse au musée national de Baghdad, le 28 mars 2015 © SABAH ARAR / AFP

Irina Bokova lors d’une conférence de presse au musée national de Baghdad, le 28 mars 2015 © SABAH ARAR / AFP

La directrice de l’Unesco Irina Bokova s’est engagée samedi lors d’une visite à Bagdad à renforcer les mesures visant à protéger le patrimoine irakien, pris pour cible par les jihadistes.

La directrice de l’agence de l’ONU pour le patrimoine inaugurait un projet financé par le Japon pour protéger les collections des musées irakiens et le patrimoine en danger, ainsi qu’une campagne sur les réseaux sociaux baptisée îUnite4Heritage.

« Notre engagement aujourd’hui est de ne jamais baisser la garde dans la protection de la diversité et du patrimoine culturel irakien », a-t-elle déclaré dans le musée national de Bagdad qui a rouvert ses portes récemment.

Dès le 2 novembre 2014, la directrice générale de l'Unesco, Irina Bokova, visitait le Musée qui avait ajourné plusieurs fois sa réouverture. © AHMAD AL-RUBAYE / AFP

Dès le 2 novembre 2014, la directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova, visitait le Musée qui avait ajourné plusieurs fois sa réouverture. © AHMAD AL-RUBAYE / AFP

Des spécialistes du patrimoine ont reconnu qu’on ne pouvait pas faire grand chose pour les sites archéologiques situés dans des zones contrôlées par l’organisation jihadiste Etat islamique. En février, des membres de l’EI ont réduit en miettes de nombreuses pièces, dont des objets inestimables exposés au musée de Mossoul, seconde ville du pays, devenue le principal fief de l’EI en Irak. L’EI est aussi accusé d’avoir pillé et vandalisé de nombreux sites archéologiques, notamment la cité antique d’Hatra, classée au patrimoine mondial de l’Unesco.

Mme Bokova a indiqué que son agence renforcerait « les outils de protection, dont les inventaires et le recours à la télédétection et à l’imagerie satellitaire » afin de s’informer du sort du patrimoine irakien.

Les jihadistes s’en prennent notamment aux sculptures de civilisations préislamiques en les qualifiant d’idolâtres mais des spécialistes soulignent  que l’EI a principalement détruit des pièces trop imposantes pour être revendues en contrebande.

source: Culture Box, actu, expositions,patrimoine, « L’ONU veut améliorer la protection du patrimoine irakien » [En Ligne] http://culturebox.francetvinfo.fr/expositions/patrimoine/
lonu-veut-ameliorer-la-protection-du-patrimoine-irakien-215431
 (page consultée le 30/03/2015)

Please follow and like us:

mars 30, 2015   No Comments

Article UNESCOPRESS: »La Directrice générale de l’UNESCO condamne la destruction du site archéologique de Nimrud en Iraq ».

« Je condamne avec la plus grande fermeté la destruction du site de Nimrud. Cette nouvelle attaque contre le peuple iraquien rappelle que le nettoyage culturel qui sévit en Iraq n’épargne rien ni personne : il vise les vies humaines, les minorités et s’accompagne de la destruction systématique du patrimoine millénaire de l’humanité, » a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova.

© Creative CommonsNimrud Lamassu's at the North West Palace of Ashurnasirpal, Iraq

© Creative CommonsNimrud Lamassu’s at the North West Palace of Ashurnasirpal, Iraq

« Nous ne pouvons pas rester silencieux. La destruction délibérée du patrimoine culturel constitue un crime de guerre, et j’en appelle à tous les responsables politiques et religieux de la région à se lever contre cette nouvelle barbarie et rappeler qu’il n’y a aucune justification politique ou religieuse à la destruction du patrimoine culturel de l’humanité. »

« J’appelle aussi tous ceux qui le peuvent, et en priorité les jeunes, en Iraq et ailleurs, à tout mettre en œuvre pour protéger ce patrimoine et à le revendiquer comme le leur et comme le bien commun de l’humanité. »

« J’appelle toutes les institutions ‎culturelles, les musées, les journalistes, les professeurs et les scientifiques, à partager et expliquer encore davantage l’importance de ce patrimoine, de la civilisation mésopotamienne. Contre la folie criminelle de ceux qui détruisent la culture, nous devons aussi répondre par plus de culture et par une mobilisation sans précédent. »

« J’ai déjà saisi le président du Conseil de Sécurité des Nations Unies, et la procureure de la Cour Pénale Internationale sur ce sujet. L’ensemble de la communauté internationale doit unir ses efforts, en solidarité avec le gouvernement et le peuple iraquien, pour stopper cette catastrophe. »

« De même, l’UNESCO est déterminée à tout mettre en œuvre pour documenter et protéger le patrimoine de l’Iraq et enrayer la lutte contre le trafic illicite des objets culturels, qui participe directement au financement du terrorisme. L’enjeu est la survie de la culture et de la société iraquienne », a-t-elle ajouté.

La ville de Nimrud (Kahlku), fondée il y a plus de 3300 ans, était jadis une capitale de l’empire assyrien, dont les fresques, les palais et les œuvres sont célèbres dans le monde entier, dans la littérature et les textes sacrés. Le gouvernement iraquien a confirmé que le site avait été attaqué au bulldozer par des groupes extrémistes armés dans la journée du 5 mars.

***

Contact médias :

Agnès Bardon, Service de presse de l’UNESCO, a.bardon(at)unesco.org, +33 (0) 1 45 68 17 64.

http://whc.unesco.org/fr/listesindicatives/1463/

******

source: UNESCO, ressources, service de presse, dernières actualités, » La Directrice générale de l’UNESCO condamne la destruction du site archéologique de Nimrud en Iraq » [En Ligne]
http://www.unesco.org/new/fr/media-services/single-view/news/unesco_director_general_
condemns_destruction_of_nimrud_in_iraq/#.VPq9j_mG9NM
(page consultée le 06/03/2015)

Please follow and like us:

mars 7, 2015   No Comments

Article UNESCOPRESS : »L’UNESCO appelle à la mobilisation pour arrêter le « nettoyage culturel » en Iraq. »

« Les images de l’attaque du musée de Mossoul ainsi que des sites archéologiques dans la région de Ninive nous ont saisi d’effroi. Un grand nombre de statues et de bas-reliefs ont été défigurés ou détruits, dans une furie destructrice, à coup de hache, de masse et de marteau piqueur », a déclaré ce matin la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, qui s’exprimait au cours d’une conférence de presse organisée au lendemain de la diffusion d’une vidéo montrant le saccage du musée de Mossoul, en Iraq.

© UNESCO/N. HouguenadeConférence de presse sur les destructions de biens culturels en Iraq

© UNESCO/N. HouguenadeConférence de presse sur les destructions de biens culturels en Iraq

« Cette tragédie est loin d’être seulement un enjeu culturel : c’est un enjeu de sécurité majeur, et l’on voit bien comment les terroristes utilisent la destruction du patrimoine dans une stratégie de terreur, pour déstabiliser et manipuler les populations, et assurer leur domination », a insisté la Directrice générale, qui s’est félicité de la « mobilisation internationale » qui s’est manifestée contre le nettoyage culturel en Iraq.

La Directrice générale s’est entretenue avec le Président du Conseil de sécurité des Nations Unies, Wang Yi, et avec le Secrétaire général, Ban Ki-Moon, pour leur demander de convoquer une réunion d’urgence du Conseil de sécurité sur la protection du patrimoine culturel de l’Iraq en tant qu’élément constitutif de la sécurité du pays. Irina Bokova a ajouté que le Secrétaire général soutenait sa proposition.

En vertu des statuts de Rome de la Cour Pénale Internationale, la destruction délibérée du patrimoine culturel est un crime de guerre. Aussi, l’UNESCO a-t-elle alerté la Cour pénale internationale par le biais de son procureur, Fatou Bensouda, pour l’encourager à ouvrir une enquête.

Enfin, pour lutter contre le trafic illicite des biens culturels, qui participe directement au financement du terrorisme en Iraq et en Syrie, comme le souligne la résolution 2199  adoptée le 12 février par le Conseil de Sécurité,  l’UNESCO est en contact avec tous ses partenaires  (l’Organisation mondiale des douanes, Interpol, le Conseil international des musées ou encore le Conseil international des monuments et des sites). L’Organisation est aussi en lien étroit avec tous les pays voisins et les principales maisons de vente aux enchères. L’UNESCO tiendra prochainement une réunion avec eux pour mettre en œuvre cette résolution.

source:UNESCO, ressources, service de presse, dernières actualités, » L’UNESCO appelle à la mobilisation pour arrêter le « nettoyage culturel » en Iraq » [En Ligne]  http://www.unesco.org/new/fr/media-services/single-view/news/unesco_calls_
for_mobilization_to_stop_cultural_cleansing_in_iraq/#.VPR1HvmG9NM
(page consultée le 02/03/2015)

Please follow and like us:

mars 2, 2015   No Comments

Article UNESCOPRESS: « La Directrice générale demande une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU après la destruction du patrimoine de Mossoul. »

« Je suis profondément choquée par les images diffusées aujourd’hui montrant la destruction de statues et de plusieurs autres objets du musée de Mossoul. Je condamne cet acte qui est une attaque délibérée contre l’histoire et la culture millénaires de l’Iraq et une nouvelle incitation à la violence et la haine », a déclaré la Directrice générale.

unesco

« Cette attaque est bien plus qu’une tragédie culturelle – elle relève d’une question de sécurité dans la mesure où elle alimente le sectarisme, l’extrémisme violent et le conflit en Iraq. Il s’agit en outre d’une violation directe de la récente résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies (2199) qui condamne la destruction du patrimoine culturel et adopte des mesures juridiquement contraignantes pour lutter contre le trafic illicite des antiquités et des objets culturels de l’Iraq et la Syrie. C’est pourquoi j’ai immédiatement appelé le Président du Conseil de sécurité afin de lui demander de convoquer une réunion d’urgence du Conseil de sécurité sur la protection du patrimoine culturel de l’Iraq en tant qu’élément constitutif de la sécurité du pays ».

Plusieurs grandes statues provenant du site de Hatra, inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, et conservées au musée de Mossoul, ainsi que d’autres objets uniques en provenance d’autres sites archéologiques de la province de Ninive ont été détruits, parmi beaucoup d’autres pièces.

« La destruction systématique de ces éléments emblématiques du patrimoine iraquien, dont nous sommes les témoins depuis plusieurs mois, est intolérable et doit cesser immédiatement », a déclaré la Directrice générale, réitérant ses nombreuses déclarations faites depuis l’origine de la crise, sur cette question.

source:UNESCO, ressources, service de presse, dernières actualités, » La Directrice générale demande une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU après la destruction du patrimoine de Mossoul » [En Ligne] http://www.unesco.org/new/fr/media-services/single-view/news/
unesco_director_general_expresses_outrage_following_terrorist_attacks_against_the_mosul
_museum/
(page consultée le 27/02/2015)

Please follow and like us:

février 27, 2015   No Comments

Article UNESCOPRESS : « Halte à la destruction du patrimoine culturel syrien !

© UNESCO Aleppo

© UNESCO
Aleppo

Déclaration de M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, et M. Lakhdar Brahimi, Représentant spécial conjoint de l’Organisation des Nations Unies et de la Ligue des Etats arabes pour la Syrie : halte à la destruction du patrimoine culturel syrien !

Tandis que le peuple syrien continue de subir des souffrances et des pertes incalculables, le riche patrimoine culturel du pays est mis en lambeaux.

Les sites du patrimoine mondial ont été gravement, parfois irrémédiablement, endommagés. Quatre sont utilisés à des fins militaires ou ont été transformés en champs de bataille : Palmyre, le Crac des Chevaliers, l’église de Saint Siméon dans les villages antiques du nord de la Syrie, et la ville d’Alep (dont la citadelle).

Les sites archéologiques font l’objet d’un pillage systématique et le trafic de biens culturels a atteint des proportions sans précédent.

Selon certaines informations alarmantes, le patrimoine syrien est délibérément pris pour cible pour des raisons idéologiques. Les œuvres d’art représentant des êtres humains sont détruites par des groupes extrémistes déterminés à faire disparaître ces traces uniques de la riche diversité culturelle de la Syrie.

Pas une seule strate de la culture syrienne — préchrétienne, chrétienne, musulmane — n’est épargnée.

alep

© UNESCO
Aleppo

La destruction d’un patrimoine aussi précieux porte gravement atteinte à l’identité et à l’histoire du peuple syrien et de l’humanité toute entière et sape pour longtemps les fondements de la société. La protection du patrimoine culturel, matériel comme immatériel, est indissociable de la protection des vies humaines et devrait faire partie intégrante de l’action humanitaire et des efforts de consolidation de la paix.

© UNESCO Aleppo

© UNESCO
Aleppo

Aussi lançons-nous ensemble l’appel suivant:

  • Nous appelons toutes les parties à mettre immédiatement fin à la destruction du patrimoine syrien et à préserver la riche
    mosaïque sociale de la Syrie et son patrimoine culturel en protégeant les sites du patrimoine mondial qui s’y
  • trouvent, conformément à la résolution 2139 (2014) adoptée le 22 février 2014 par le Conseil de sécurité.
  • Nous condamnons l’utilisation des sites culturels à des fins militaires et appelons toutes les parties au conflit à respecter les obligations mises à leur charge par le droit international, en particulier la Convention pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé signée à La Haye en 1954 ainsi que le droit international humanitaire coutumier.
  • Nous appelons tous les pays et tous les groupements professionnels intervenant dans les domaines des douanes, du commerce et du marché de l’art, mais aussi les particuliers et les touristes, à se méfier des objets d’art syriens, qui sont susceptibles d’avoir été volés, à vérifier l’origine des biens culturels qui pourraient avoir été importés, exportés ou offerts à la vente illégalement, et à adhérer à la Convention de l’UNESCO concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l’importation, l’exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels signée en 1970.

Il faut que la sauvegarde du patrimoine culturel de la Syrie s’inscrive dans l’action que nous menons pour mettre fin à la violence et avancer vers la paix. La destruction des vestiges du passé dépouille les générations futures d’un puissant héritage, accroît la haine et le désespoir et hypothèque toute tentative de réconciliation. Il est temps de mettre un coup d’arrêt à ces destructions, de construire la paix et de protéger notre patrimoine commun.


 

source: UNESCO, ressources, service de presse, dernières actualités, « Halte à la destruction du patrimoine culturel syrien ! » [En Ligne]http://www.unesco.org/new/fr/media-services/in-focus-articles/the-destruction-of-syrias-cultural-heritage-must-stop/(page consultée le 13/02/2014)

Please follow and like us:

mars 13, 2014   No Comments

Article UNESCOPRESS : « Arrêtez les destructions ! », exhorte la Directrice générale de l’UNESCO.

Des experts se sont réunis pour coordonner l’action visant à sauvegarder le patrimoine culturel syrien.

© UNESCO / Professor Maamoun Abdul Karim, The Al-Omari Mosque

© UNESCO / Professor Maamoun Abdul Karim,
The Al-Omari Mosque

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a appelé aujourd’hui toutes les parties prenantes au conflit en Syrie à sauvegarder le patrimoine culturel du pays et à prendre les mesures qui s’imposent afin d’éviter d’autres destructions. L’appel de la Directrice générale fait suite à une réunion d’experts qui s’est tenue aujourd’hui au siège de l’Organisation dont l’objectif était d’explorer les différentes pistes afin d’éviter des pertes supplémentaires et réparer les dégâts quand ce sera possible et dans les zones où ce sera possible.

« L’UNESCO est prête à utiliser son expertise et ses réseaux pour aider le peuple syrien à préserver son patrimoine culturel exceptionnel », a déclaré la Directrice générale. « La protection du patrimoine est indissociable de la protection des populations, car le patrimoine véhicule les valeurs et les identités d’un peuple ».

« Il a été question aujourd’hui des dégâts importants déjà infligés au patrimoine en Syrie. La destruction de sites comme le souk historique d’Alep, qui a fait la « une »  des médias du monde entier, reflète l’inquiétude et la désolation des gens partout dans le monde. »

« J’exhorte toutes les parties en présence à prendre les mesures nécessaires pour éviter que des dommages supplémentaires soit infligés à ce patrimoine qui compte parmi les plus précieux du monde islamique ».

La réunion qui s’est tenue aujourd’hui, présidée par Irina Bokova, rassemblait notamment Lakhdar Brahimi, Représentant spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue arabe pour la Syrie ; Stefano de Caro, Directeur général du Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM) ; Hannah Pennock, Directrice générale par intérim du Conseil international des musées (ICOM) ; Philippe Allard, Directeur général du Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS) ainsi que des représentants d’Interpol, la plus grande organisation internationale de police au monde, de l’Organisation mondiale des douanes, de l’Union européenne et des experts de l’UNESCO.

« Le passé de la Syrie est menacé, au même titre que son présent et son avenir », a déclaré Lakhdar Brahimi. « Je peux en témoigner et me faire l’écho de votre message auprès des dirigeants que je rencontre ».

Ils ont approuvé l’action continue de l’UNESCO pour attirer l’attention et partager l’information relative au statut du patrimoine syrien, notamment les six sites du pays inscrits sur la Liste du patrimoine mondial, les sites archéologiques importants, le patrimoine mobilier, présents notamment dans les musées et dans d’autres collections.

L’UNESCO a organisé des formations à destination des professionnels du patrimoine syriens et de la région en vue de protéger les biens culturels et les collections de la destruction, du pillage et du trafic illégal. L’Organisation a également communiqué l’information dont elle disposait sur les dégâts causés à tous les types de patrimoine afin d’alerter les services des douanes et les marchands d’art sur le patrimoine volé et permettre le respect de l’interdiction internationale du commerce des biens pillés (Convention de 1970) concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l’importation, l’exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels et laConvention de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé et son premier protocole).

Au cours de cette réunion, l’UNESCO a rappelé son expérience en matière de coordination des actions destinées à préserver le patrimoine en période de conflit, comme ce fut le cas récemment au Mali, en Libye et en Iraq.

« Il n’y a pas de culture sans peuple, ni de société sans culture », a déclaré la Directrice générale en clôture de la réunion.

Source : UNESCO, service de presse, actualité [En Ligne]
http://www.unesco.org/new/fr/media-services/in-focus-articles/
stop-the-destructio/n-urges-unesco-director-general/

(page consultée le 30/08/2013)

Please follow and like us:

août 30, 2013   No Comments

Article UNESCOPRESS:  » La Directrice générale de l’UNESCO déplore l’escalade de la violence et les dégâts causés au patrimoine mondial en Syrie ».

16.07.2013 – UNESCOPRESS

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a exprimé sa vive émotion à l’annonce de nouvelles destructions du patrimoine culturel en Syrie, notamment suite à la publication d’articles de presse et la diffusion d’images montrant les dégâts causés au Crac des Chevaliers, l’un des sites du patrimoine mondial syrien. Ces deux châteaux sont des exemples exceptionnels de l’architecture fortifiée de la région qui s’est développée pendant les Croisades entre le 11e et le 13e siècle.

© UNESCO/Jean-Pierre Heim -- Crac des Chevaliers et Qal’at Salah El-Din

© UNESCO/Jean-Pierre Heim — Crac des Chevaliers et Qal’at Salah El-Din

 

Irina Bokova a appelé les auteurs de ces actes à cesser immédiatement les destructions et exhorté toutes les parties impliquées dans le conflit à prendre les mesures qui s’imposent pour assurer la sauvegarde de ce site du patrimoine mondial et des autres biens culturels du pays.

Au cours de la session du Comité du patrimoine mondial qui s’est tenue au Cambodge en juin, les six sites du patrimoine mondial syriens ont été inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril, ce qui témoigne de l’inquiétude de la communauté internationale quant aux menaces que font peser  sur le patrimoine du pays le conflit civil qui touche actuellement le pays. Les membres du Comité du patrimoine mondial ont lancé  « un appel à toutes les parties associées à la situation en Syrie de s’abstenir de toute action qui causerait d’autres dommages au patrimoine culturel de ce pays et de remplir leurs obligations conformément au droit international en prenant toutes les mesures possibles pour protéger un tel patrimoine ».

Comme le soulignait la Directrice générale dans sa déclaration faite plus tôt cette année : « détruire l’héritage du passé, qui est un legs pour les générations futures, ne fait qu’accentuer la spirale de la haine et du désespoir, en affaiblissant davantage les fondements de la cohésion de la société syrienne ». Irina Bokova a réitéré son appel à toutes les parties concernées et rappelé leurs obligations légales conformément à la Convention de La Haye de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé, dont la Syrie est signataire. Cette Convention enjoint les hautes parties contractantes à s’abstenir de tout acte d’hostilité dirigé contre les biens culturels.

Comme elle l’a déjà fait savoir, l’UNESCO est disposée à coopérer avec toutes les parties concernées en faisant son possible pour protéger les monuments culturels syriens autant que les conditions de sécurité du pays le permettent.

Source : UNESCO, Service de presse ; actualités [En Ligne]
http://www.unesco.org/new/fr/media-services/single-view/news/unesco_director_general_
deplores_the_escalation_of_violence_and_the_damage_to_world_heritage_in_syria/

(page consultée le 22/07/2013)

Please follow and like us:

juillet 22, 2013   No Comments

Article « UNESCOPRESS »: La Directrice générale déplore la poursuite des destructions de l’Ancienne ville d’Alep, site du patrimoine mondial

25.04.2013 – UNESCOPRESS

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a exprimé sa profonde tristesse suite aux informations concernant la poursuite des destructions qui ont gravement endommagé l’ancienne ville d’Alep, un site inscrit sur la Liste du patrimoine mondial depuis 1986. Le 25 avril, le minaret de l’une des plus célèbres mosquées de Syrie a été détruit au cours d’affrontements dans le nord de la ville d’Alep. La mosquée, située sur le site du patrimoine mondial, a subi de lourds dommages pendant les affrontements et son minaret a été détruit.

La Grande mosquée, qui se trouve au cœur de l’ancienne ville d’Alep, a déjà été sévèrement endommagée par un incendie au cours des combats qui ont eu lieu dans l’ancienne ville en octobre 2012. La Directrice générale avait alors rappelé à toutes les parties les obligations du pays au titre de la Convention de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé, dont la Syrie est un Etat partie.

L’ancienne ville d’Alep a été inscrite sur la Liste du patrimoine mondial en 1986 en reconnaissance de « son style architectural arabe rare et authentique ». Elle témoigne du développement culturel, social et technologique de la ville depuis la période mamelouk. C’est l’un des six sites syriens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial.

source: UNESCO, Service de presse, actualités [En Ligne] http://www.unesco.org/
new/fr/media-services/single-view/news/unesco_director_general_
deplores_continuing_destruction_of_ancient_aleppo_a_world_heritage_site/

(page consultée le 25/04/2013)

Please follow and like us:

avril 25, 2013   No Comments