Quand le patrimoine est source de controverses
Random header image... Refresh for more!

Lumière sur: l’Unesco

En terme patrimonial, la référence absolue au niveau international est l’UNESCO  (acronyme de : United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization soit l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture).

Cette organisation est une institution spécialisée de l’ONU (Organisation des Nations Unies). Créée après la Seconde Guerre mondiale, en 1946, elle est l’héritière de la Commission Internationale de la Coopération Intellectuelle, organisme créé par la Société des Nations en 1921 et qui disparaît en même temps que cette dernière.

Son objectif principal est de « contribuer à l’édification de la paix, à l’élimination de la pauvreté, au développement durable et au dialogue interculturel par l’éducation, les sciences, la culture, la communication et l’information »[1] correspondant à ses cinq domaines d’action : l’éducation, les sciences exactes et naturelles, les sciences sociales et humaines, la culture, la communication et l’information.

Dans le cadre de son action culturelle, l’UNESCO a en charge les questions patrimoniales, principalement connu par la liste du patrimoine Mondiale de l’Humanité. Afin d’assurer la protection et la sauvegarde du patrimoine, un ensemble de conventions a été établi. La première convention de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé et le deuxième protocole de 1999 visent à faciliter la reconstruction des communautés, à les aider à retrouver leur identité et à rétablir des liens entre passé, présent et avenir. Puis, par ordre chronologique, se sont succédées : la Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, adoptée en 1972 qui a conduit à la création de la Liste du Patrimoine Mondial. En 2001, la Convention sur la protection du patrimoine culturel subaquatique est adoptée, mais n’entrera en vigueur qu’en 2009. En 2003, la Convention internationale pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel a été adoptée, elle porte sur les expressions culturelles, traditions culturelles et folkloriques.

Enfin, il est à noter que depuis 1970, l’UNESCO a mis en place une convention pour « interdire et empêcher l’importation, l’exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels ». De ce fait, elle concerne aussi le patrimoine, bien qu’il n’en soit pas ici spécifiquement l’objet.


[1] Source : Unesco/ qui somme nous/ a propos de l’UNESCO [en ligne] Unesco <http://www.unesco.org/new/fr/unesco/about-us/who-we-are/introducing-unesco/> (page consultée le 18 avril 2010)

Please follow and like us:

0 comments

There are no comments yet...

Kick things off by filling out the form below.

Leave a Comment