Quand le patrimoine est source de controverses
Random header image... Refresh for more!

Une question de temps.

 

Les difficultés liées au patrimoine colonial au sein des relations internationales sont principalement liées au temps. Si c’est le temps qui définit le patrimoine, le cas du patrimoine colonial fait partie de ces héritages récents que les sociétés actuelles ont du mal à valoriser puisque la distanciation n’est pas encore achevée pour réussir à mettre en valeur les lieux ou les objets sans les mauvais souvenirs qu’ils évoquent. La volonté des pays occidentaux dans la sauvegarde des bâtiments coloniaux est souvent perçue comme un rappel de l’ancienne domination, que ces pays veuillent, sinon oublier ou en réduire l’importance. Le problème de la distanciation n’est pas spécifique au patrimoine colonial puisqu’il s’agit de la même logique lorsque les pays occidentaux patrimonialisent les cités HLM des années soixante-dix [1]. Néanmoins, il est important dans ce cas de distinguer le patrimoine bâti des collections provenant des anciennes colonies, où pour ces dernières, c’est le symbolisme qui est la source des difficultés. Ces collections d’art datant de la période précoloniale sont largement utilisées dans la construction d’une nouvelle identité faisant suite à l’indépendance. Mais ces deux aspects, distanciation et construction identitaire, sont liés puisqu’il s’agit d’un refus de conserver ce qui évoque une page sombre de leurs histoires, associé à une volonté de valorisation d’éléments culturels précoloniaux. Il existe donc une volonté d’idéaliser un passé en refusant de considérer tout apport extérieur. Cette volonté s’oppose tout autant à la mondialisation qu’à la protection de la diversité culturelle puisque cette dernière se doit de considérer les apports extérieurs qui sont l’origine même de la diversité. Le patrimoine, de par sa propre diversité, est souvent plongé au cœur des relations internationales, cependant malgré les apparences il est moins souvent l’objet de conflit que source de coopération.

 


 

[1] Rautenberg Michel, La rupture patrimoniale, Bernin, A la croisée, 2004, 176p, Coll. Ambiances, Ambiance.