Quand le patrimoine est source de controverses
Random header image... Refresh for more!

Category — veille patrimoine

Article CultureBox: « Egypte : restauration du masque en or de Toutankhamon endommagé. »

Par Culturebox (avec AFP) @CultureboxMis à jour le 10/10/2015 à 14H50, publié le 10/10/2015 à 14H49
A la suite de travaux, la barbe de Toutankhamon avait été abîmé et mal réparé par des des employés du musée du Caire. © MOHAMED EL-SHAHED / AFP

A la suite de travaux, la barbe de Toutankhamon avait été abîmé et mal réparé par des des employés du musée du Caire. © MOHAMED EL-SHAHED / AFP

L’Egypte a entamé samedi les travaux de restauration du célèbre masque funéraire de Toutankhamon, endommagé par une récente réparation qui avait laissé des traces de colle sur la barbe de ce joyau de l’Egypte antique, vieux de 3.300 ans.

En août 2014, durant des travaux concernant le dispositif d’éclairage au musée du Caire, le masque en or massif avait été touché et la barbe s’était détachée. Des employés du musée avaient alors utilisé de la colle époxy pour la rattacher, laissant un disgracieux paquet de colle sur la barbe symbolique du mystérieux enfant pharaon.

« Le masque de Toutankhamon a été transféré de sa salle d’exposition vers une autre salle du musée, transformée en laboratoire pour sa restauration », a indiqué à l’AFP la porte-parole du ministère des Antiquités, Mouchira Moussa, précisant qu’un conservateur allemand, spécialiste de la conservation archéologique des objets métalliques et en verre, Christian Eckmann, dirigeait les travaux.

Des traces de colle ont été repérées entre le menton et la barbe postiche © Mohammed Abed / AFP

Des traces de colle ont été repérées entre le menton et la barbe postiche © Mohammed Abed / AFP

« Dommages « réversibles »

Mort à l’âge de 19 ans en 1324 avant Jésus Christ après un bref règne de neuf ans, Toutankhamon est de nos jours l’un des plus célèbres pharaons de l’Egypte antique grâce à son trésor funéraire, le plus fabuleux jamais découvert en Egypte. Car contrairement aux tombeaux d’autres pharaons qui ont tous été pillés au fil des millénaires, son mausolée recelait de plus de 5.000 objets intacts, vieux de 3.300 ans, dont bon nombre en or massif.

En janvier, M. Eckmann avait affirmé que « le masque (n’était) pas en danger » et que les dommages étaient « réversibles ». Précisant qu’il n’était pas encore sûr du type de colle époxy utilisé pour la réparation, il avait affirmé que cette colle « n’était pas la meilleure solution ».

Source: CultureBox, actus, exposition, patrimoine, « Egypte : restauration du masque en or de Toutankhamon endommagé »[En ligne] http://culturebox.francetvinfo.fr/expositions/
patrimoine/egypte-restauration-du-masque-en-or-de-toutankhamon-endommage-228955
(page consultée le 10/10/2015)

Please follow and like us:

octobre 10, 2015   No Comments

Article CultureBox : »Palmyre : le temple de Baalshamin détruit par Daech. »

A Palmyre, le temple de Baalshamin (photo de mars 2014) © Joseph Eid / AFP

A Palmyre, le temple de Baalshamin (photo de mars 2014) © Joseph Eid / AFP

Les jihadistes du groupe État islamique (EI) ont détruit dimanche un temple de Palmyre, en Syrie, après l’assassinat mardi dernier du chef des Antiquités de la cité antique syrienne, inscrite au Patrimoine mondial par l’Unesco. Cette destruction est un « crime de guerre » et une « perte immense » pour l’humanité, a dénoncé lundi la directrice générale de l’Unesco.

« J’appelle la communauté internationale à rester unie contre cette épuration culturelle récurrente », a ajouté Irina Bokova dans un communiqué publié au lendemain de l’annonce de la destruction du temple de Baalshamin, classé au patrimoine mondial de l’humanité.

L’EI, qui a déjà détruit plusieurs joyaux archéologiques en Irak, s’est emparé en mai dernier de Palmyre, surnommée « la perle du désert », suscitant de vives craintes de l’Unesco et de la communauté internationale.
« Daech (acronyme en arabe du groupe Etat islamique) a placé aujourd’hui une grande quantité d’explosifs dans le temple de Baalshamin avant de le faire exploser. Le bâtiment est en grande partie détruit », a déclaré dimanche à l’AFP Maamoun Abdulkarim, le directeur général des Antiquités et des musées de Syrie.
Il a précisé que « la ‘cella’ (partie close du temple) a été détruite et que des colonnes autour se sont effondrées ».

A Palmyre, le temple de Baalshamin a été détruit par Daech © Manuel Cohen / AFP

A Palmyre, le temple de Baalshamin a été détruit par Daech © Manuel Cohen / AFP

Un sanctuaire du Ier siècle

L’Observatoire syrien des Droits de l’Homme (OSDH) a confirmé la destruction du temple par l’EI, qui considère les oeuvres religieuses préislamiques, notamment les statues, comme de l’idolâtrie.
Le temple de Baalshamin a commencé à être érigé en l’an 17 puis a été agrandi et embelli par l’empereur romain Hadrien en 130. Baalshamin est le dieu du ciel phénicien. Baalshamin est associé à Aglibôl (dieu de la lune) et à son frère cadet Malkbêl (dieu du soleil).
« Nos plus sombres prédictions sont malheureusement en train de se réaliser », a déploré Maamoun Abdulkarim. Les jihadistes « ont commis des exécutions dans le théâtre antique, ils ont détruit en juillet la fameuse statue du Lion d’Athéna, qui se trouvait à l’entrée du musée de Palmyre, et ont transformé le musée en tribunal et en prison. Ils ont également assassiné mardi l’ancien directeur des Antiquités de la ville », a-t-il poursuivi.

« Je mourrai debout comme les palmiers de Palmyre »

Mardi, le groupe extrémiste avait décapité l’ancien chef des Antiquités de Palmyre, Khaled al-Assaad, 82 ans, réputé dans le monde entier pour sa connaissance de ce site antique unique. Ils l’ont pendu à un poteau avant de mutiler son corps, ont expliqué à l’AFP un de ses fils et le directeur général des Antiquités. « Des habitants de la ville m’ont dit que le groupe EI avait découpé en  morceaux le corps de mon père après l’avoir accroché durant un jour à un  poteau », a déclaré dimanche Mohammad, un des fils de Khaled al-Assaad. « Mon père répétait souvent ‘je mourrai debout comme les palmiers de Palmyre », a-t-il ajouté. L’Unesco, la France et les États-Unis ont dénoncé un meurtre « brutal »  perpétré par des « barbares ».

Des destructions d’œuvres en place publique             

L’Unesco s’était déjà insurgé le 3 juillet contre la destruction d’oeuvres  d’art de Palmyre. « La destruction de bustes funéraires en provenance de Palmyre, en place publique, devant des foules et des enfants que l’on convoque au saccage de leur  patrimoine est un spectacle d’une perversité glaçante », avait dénoncé sa directrice Irina Bokova.
Après avoir pris Palmyre aux forces du régime syrien, l’EI avait exécuté dans et à l’extérieur de la ville plus de 200 personnes dont 20 abattues dans le théâtre antique.

Palmyre, la perle du désert

Surnommée la « perle du désert », la cité antique est inscrite par l’Unesco au Patrimoine mondial de l’humanité en raison de la richesse de ses temples et colonnades.
Son nom est apparu pour la première fois sur une tablette au 19e siècle avant notre ère. Elle fut un point de passage des caravanes entre le Golfe et la Méditerranée et une étape sur la route de la soie.
Mais c’est avec la conquête romaine, à partir du 1er siècle avant Jésus-Christ, et durant quatre siècles, que Palmyre (Cité des palmiers), dont le nom officiel en Syrie est Tadmor (Cité des dattes), a connu un essor remarquable, devenant une place luxueuse et luxuriante en plein désert grâce au commerce d’épices et de parfums, de la soie et de l’ivoire de l’est, des statues et du travail du verre de Phénicie.
En 129, l’empereur romain Hadrien en fait une cité libre et elle prend le nom d’Adriana Palmyra. C’est à cette époque que les principaux temples, comme celui de Bel, ou l’Agora ont été construits et que Baalshamin est embelli et agrandi.

Avant 2011, 150.000 touristes visitaient Palmyre   

La trinité composée du dieu babylonien Bel, équivalent de Zeus, de Yarhibol (le soleil) et Aglibôl (la lune) y était vénérée avant l’arrivée du christianisme au 2e siècle après JC. Au 3e siècle, profitant des difficultés de l’empire romain, la ville s’érige en royaume. Elle défie les Perses et la belle Zénobie devient reine.
En 270, Zénobie conquiert toute la Syrie, une partie de l’Égypte et arrive même en Asie mineure. Mais l’empereur romain Aurélien reprend la ville, la reine Zénobie est conduite à Rome et la ville décline.
Avant le début du conflit en Syrie en 2011, plus de 150.000 touristes visitaient la ville aux 1.000 colonnes, aux statues et à la formidable nécropole de 500 tombes où les riches Palmyréniens avaient construit une série de monuments funéraires somptueusement décorés, dont certains ont été récemment pillés.

300 sites syriens endommagés ou pillés

Les jihadistes, qui contrôlent de larges pans de territoires irakien et syrien, ont détruit en avril en Irak à coups de bulldozers, de pioches et d’explosifs le site archéologique de Nimroud, joyau de l’empire assyrien fondé au 13e siècle.
Ils s’en sont également pris à Hatra, une cité de la période romaine vieille de 2000 ans, et au musée de Mossoul, dans le nord de l’Irak.
Plus de 300 sites historiques syriens ont été endommagés, détruits ou  pillés au cours du conflit débuté il y a plus de quatre ans, selon l’ONU.

source: Culturebox, actu, exposition, patrimoine, »Palmyre : le temple de Baalshamin détruit par Daech » [En Ligne] http://culturebox.francetvinfo.fr/expositions/patrimoine/palmyre-le-temple-de-baalshamin-detruit-par-daech-226135 (page consultée le 26/08/2015)

Please follow and like us:

août 26, 2015   No Comments

Article France24 : »L’organisation de l’État islamique truffe d’explosifs le site antique de Palmyre en Syrie. »

© Ho, Welayat Homs, AFP | Capture d'écran d'une vidéo de propagande diffusée par l'EI montrant le drapeau jihadiste flottant sur le site antique.

© Ho, Welayat Homs, AFP | Capture d’écran d’une vidéo de propagande diffusée par l’EI montrant le drapeau jihadiste flottant sur le site antique.

Les jihadistes de l’organisation de l’État islamique ont miné le site antique de Palmyre, a rapporté dimanche l’OSDH. Une situation qui fait craindre une catastrophe archéologique.

Le site antique de Palmyre, au centre de la Syrie, est désormais truffé de mines et d’explosifs, a alerté, dimanche 21 juin, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). Les jihadistes de l’organisation de l’État islamique (EI) ont miné ce site inscrit au Patrimoine mondial de l’humanité, faisant craindre un désastre archéologique.

Le directeur des Antiquités syriennes, Maamoun Abdel Karim, a indiqué avoir « reçu des premières informations d’habitants qui confirment ces informations. […] L’EI a truffé les temples de mines », a-t-il déclaré à l’AFP. « Nous sommes inquiets », a-t-il ajouté, appelant « les habitants de Palmyre, les chefs des tribus, les religieux et les hommes de culture à intervenir pour empêcher [la répétition, NDLR] de ce qui s’est passé dans le nord de l’Irak ».

Mais il n’était pas clair dans l’immédiat si l’intention des jihadistes était de menacer de s’en prendre à la ville antique pour empêcher les forces syriennes d’avancer ou  de faire sauter quoi qu’il arrive le site réputé pour ses colonnades torsadées romaines, ses temples et ses tours funéraires, a précisé l’OSDH.

« L’armée interviendra, y compris à Palmyre »

Une source au sein des services de sécurité syriens a assuré que le régime ne serait pas sensible à un tel chantage. « L’armée interviendra dans toutes les régions où se trouvent les terroristes pour les en chasser, y compris à Palmyre », a-t-elle affirmé à l’AFP.

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme, (OSDH) a précisé que le régime syrien avait déjà mené de nombreuses frappes aériennes contre les quartiers résidentiels de Palmyre ces dernières 72 heures, faisant au moins 11 morts.

Déjà tristement célèbres pour leurs destructions irrémédiables de trésors archéologiques en Irak, les jihadistes risquent d’effacer de la carte le joyau du désert syrien, et avec lui un pan de l’histoire du pays.

En avril, une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montrait des jihadistes de l’EI détruire à coups de bulldozers, de pioches et d’explosifs le site archéologique irakien de Nimroud, joyau de l’empire assyrien fondée au XIIIe siècle avant J.-C..

Avec AFP

 

source: France24, Moyen Orient, Syrie, « L’organisation de l’État islamique truffe d’explosifs le site antique de Palmyre en Syrie. » [En ligne] http://www.france24.com/fr/20150621-syrie-site-antique-palmyre-truffe-explosifs-ei-jihadiste-mines (page consultée le 22/06/2015)

Please follow and like us:

juin 22, 2015   No Comments

Article CultureBox : »Le plus grand musée de mosaïques de Syrie dévasté par l’armée ».

Le musée de mosaïques de Maarat al-Noomane, en Syrie, détruit par un bombardement de l'armée réguilère © STRINGER / ANADOLU AGENCY

Le musée de mosaïques de Maarat al-Noomane, en Syrie, détruit par un bombardement de l’armée réguilère © STRINGER / ANADOLU AGENCY

Le plus célèbre musée syrien de mosaïques, situé à Maarat al-Noomane (nord-ouest), localité tenue par les rebelles, a été gravement endommagé par deux barils d’explosifs largués par l’aviation du régime, a affirmé samedi une ONG.

Les ONG internationales dénoncent régulièrement l’utilisation des barils d’explosifs par le régime de Bachar al-Assad, qui dément recourir à cette arme meurtrière et aveugle.

Dans un communiqué, Cheikhmous Ali, directeur de l’Association pour la protection de l’archéologie syrienne (Apsa) basée à Strasbourg (France), a affirmé que le musée, situé dans l’ancien caravansérail ottoman de Khan Mourad Pasha datant de 1563, « a subi des destructions massives causées par deux barils de TNT largués lundi par un hélicoptère de l’armée syrienne ».

Plusieurs panneaux de mosaïques, disposés dans le portique Est, ont été endommagés. Deux panneaux de forme rectangulaire représentant des motifs géométriques ont ainsi été gravement abîmés et quatre autres de forme circulaire ont subi des dommages moins importants, notamment des trous causés par des éclats.

Par ailleurs, le bâtiment a subi de très graves destructions, notamment la mosquée qui s’y trouve. Ce musée de la province d’Idleb compte plus de 2.000 m2 de mosaïques
anciennes.

Vue de Maarat al-Noomane, en syrie", touché par un bombardement de l'armée régulière © STRINGER / ANADOLU AGENCY

Vue de Maarat al-Noomane, en syrie », touché par un bombardement de l’armée régulière © STRINGER / ANADOLU AGENCY

Plus de 300 sites touchés

Joint à Damas par téléphone, le directeur général du département syrien des musées et des antiquités, Maamoun Abdulkarim, a « déploré cette nouvelle tragédie pour le patrimoine syrien » mais a refusé de dire qui en était responsable. « Il faut rendre aux musées leur neutralité, et personne, quel que soit son bord, n’a le droit de toucher à la mémoire de notre pays », a-t-il dit.

Près de 300 sites d’une valeur inestimable pour l’Humanité ont été détruits, endommagés ou pillés par la guerre en Syrie s’alarmait fin décembre l’ONU en se basant sur des images satellitaires.

Terre de multiples civilisations, des Cananéens aux Ottomans, la Syrie regorgeait de trésors datant des époques romaine, mamelouk et byzantine, avec des mosquées, des églises et des châteaux croisés.

Mais depuis que le pays a sombré dans un brutal conflit armé, ce riche patrimoine a été mis à sac et détruit par tous les belligérants, que ce soit le régime, les rebelles ou les jihadistes.

 

source:Culture Box, actu, expositions,patrimoine, « Le plus grand musée de mosaïques de Syrie dévasté par l’armée » [En Ligne]http://culturebox.francetvinfo.fr/expositions/patrimoine/le-plus-grand-musee-de-mosaiques-de-syrie-devaste-par-larmee-222323 (page consultée le 20/06/2015)

Please follow and like us:

juin 20, 2015   No Comments

Article CultureBox: « Palmyre : offensive jihadiste repoussée mais les combats continuent. »

Les forces du régime syrien ont affirmé dimanche avoir repoussé les jihadistes de l’Etat islamique (EI) du nord de la ville antique de Palmyre. Mais la menace demeure. Les combattants de l’organisation extrémiste se trouvaient toujours dimanche à 1 km du célèbre site archéologique de Tadmor (le nom de Palmyre en arabe). Et les combats se poursuivent.

Dans le nord de la ville, et après de violents combats avec l’armée, l’EI « s’est retiré de la plupart des quartiers » moins de 24 heures après s’être emparé de la zone septentrionale, a confirmé de son côté l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Toutefois, « les combats se poursuivent dans la banlieue nord d’Amiriya entre forces loyalistes et jihadistes », a précisé Rami Abdel Rahmane, directeur de l’ONG qui dispose d’un large réseau de sources civiles, médicales et militaires.

Des sites repris à l’EI

« L’attaque de l’EI a été avortée et les jihadistes ont été chassés des périphéries Nord et Est » de Palmyre, a affirmé dimanche matin le gouverneur de Homs, province dont fait partie cette ville vieille de plus de 2000 ans. M.Talal Barazi a indiqué en outre que l’armée avait repris une série de sites stratégiques, dont des collines, des barrages et la tour de la radio et télévision de Palmyre, dans le nord-ouest de la ville.

Samedi en début de soirée, l’EI avait pris le contrôle de la majeure partie du nord de Palmyre où des affrontements intenses les ont opposés aux forces loyalistes. Selon l’OSDH, ils ont fait au moins 29 morts parmi les jihadistes et 23 parmi les membres des forces gouvernementales.

D’après M. Barazi, l’armée a tué « 130 jihadistes ». »L’armée continue de nettoyer la zone de bombes plantées (par l’EI) afin de rétablir la circulation », a ajouté le gouverneur. De son côté, l’OSDH, les combats ont fait au moins 29 morts parmi les jihadistes, dont quatre chefs, et 23 parmi les membres des forces gouvernementales.

L’assaut contre un joyau inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco

L’EI a lancé mercredi l’assaut sur Palmyre, qui se trouve dans la province d’Homs (centre) et revêt une importance stratégique pour lui puisqu’elle ouvre sur le grand désert syrien, limitrophe de la province irakienne d’Al-Anbar, en grande partie contrôlée par ce groupe ultraradical sunnite.

La ville est également importante pour la propagande de l’EI, puisque son importance culturelle attire l’attention des médias du monde entier et a poussé l’Unesco à appeler le Conseil de sécurité de l’ONU à agir pour la préserver.

La plupart des ruines monumentales, qui comportent notamment des colonnades torsadées romaines, des temples et des tours funéraires, se trouvent au sud-ouest de la ville. Ce site, qui fut l’un des plus importants foyers culturels du monde antique, est inscrit au patrimoine mondial de l’Humanité de l’Unesco.

Le directeur des Antiquités et des musées syriens, Maamoun Abdelkarim, a confié sa peur de voir Palmyre subir le même sort que des sites archéologiques dans le nord de l’Irak, notamment Nimroud et Hatra, endommagés ou détruits par l’EI.

 

source:Culture Box, actu, expositions,patrimoine, « Palmyre : offensive jihadiste repoussée mais les combats continuent. » [En Ligne] http://culturebox.francetvinfo.fr/
expositions/patrimoine/palmyre-les-forces-du-regime-syrien-repoussent-les-jihadistes-de-lei-219529
 (page consultée le 17/05/2015)

Please follow and like us:

mai 17, 2015   No Comments

Article Culture Box: « L’appel de l’Unesco : « Il faut sauver Palmyre ». »

Les djihadistes du groupe État Islamique menacent Palmyre, trésor de l’Antiquité situé dans le désert syrien, inscrit au Patrimoine mondial de l’Humanité de l’Unesco, a prévenu une ONG. Le directeur des antiquités syriennes a lancé un appel urgent à la communauté internationale, entendu par la directrice générale de l’Unesco qui a demandé de « tout mettre en oeuvre pour empêcher sa destruction ».

 

Irina Bokova a appelé les parties en conflit à « protéger Palmyre et à tout mettre en oeuvre pour empêcher sa destruction ». « Je suis profondément préoccupée par les informations qui nous  parviennent de Palmyre. Il faut sauver Palmyre ». « Palmyre est menacée », a affirmé, un peu plus tôt, Rami Abdel Rahmane, le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme. « La bataille se déroule à 2 km à l’est de la ville après la prise par l’EI de tous les postes de l’armée entre Al-Soukhna et Palmyre » distantes de quelque 80 km.

Sitée à 240 km au nord de Damas, cette oasis abrite les ruines monumentales d’une grande cité qui fut l’un des plus importants foyers culturels du monde antique. Sa valeur est inestimable. Son architecture unit, selon l’Unesco, les techniques gréco-romaines aux traditions locales et aux influences de la Perse.

Depuis la nuit de mardi à mercredi, les combats dans cette zone ont fait 110 tués, dont 70 membres des forces du régime, parmi lesquels six officiers, et 40 djihadistes, dont deux chefs. L’un de ces derniers avait mené l’offensive, selon l’OSDH. D’après les sites djihadistes, il s’agit d’Abdou Malek Anas al-Nachwan, qui était apparu sur une vidéo de l’EI montrant la décapitation en avril de 28 Éthiopiens en Libye.

Le patron des Antiquités craint « une catastrophe internationale »

« Si l’EI entre à Palmyre, ce sera sa destruction. Si la ville tombe ce sera une catastrophe internationale », a affirmé de son côté Maamoun Abdulkarim, directeur des Antiquités et des musées syriens (DGAM). « Ce sera la répétition de la barabarie et de la sauvagerie qui s’est produite à Nimroud, Hadra et Mossoul », a-t-il ajouté, en faisant référence aux sites antiques visés par les jihadistes ces derniers mois.

« Il faut que la communauté internationale se mobilise avant et non après les destructions comme ce fut le cas jusqu’à présent. Si l’EI entre à Palmyre, ce sera sa destruction, une catastrophe internationale car vous pouvez cacher des objets mais comment voulez-vous protéger l’architecture antique ? », a-t-il demandé.

Une vidéo a montré la destruction d’un autre site antique

Il y a un mois, une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux a montré les jihadistes de l’EI détruire à coups de bulldozers, de pioches et d’explosifs le site archéologique irakien de Nimroud, joyau de l’empire assyrien fondé au XIIIe siècle.

Ils s’en étaient déjà pris à Hatra, cité de la période romaine vieille de 2000 ans, et au musée de Mossoul, dans le nord de l’Irak.

En Syrie, les jihadistes ont détruit deux magnifiques lions assyriens à Raqa, ville dont l’EI a fait sa capitale, et ont commis des destructions et permis des fouilles clandestines, parfois au bulldozer, comme à Mari, Doura Europos, Apamée, Ajaja (nord-est), et Hamam Turkoman près de Raqa (nord).

Dix pays arabes s’entendent pour protége leurs sites

Dix pays arabes se sont entendus jeudi au Caire pour coordonner leur lutte contre le trafic d’antiquités et protéger leur patrimoine archéologique. Cette conférence de deux jours organisée par l’Egypte réunissait des ministres et responsables du patrimoine culturel des pays arabes, ainsi que des experts étrangers et de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco).

L’Egypte, l’Arabie Saoudite, les Emirats arabes unis, l’Irak, la Jordanie, le Koweït, le Liban, la Libye, le Soudan et le sultanat d’Oma ont estimé dans un communiqué conjoint que les sites archéologiques du Moyen-Orient étaient menacés par « les réseaux de crime organisé et les groupes terroristes. »

Ils se sont mis d’accord sur la mise en place d' »un groupe de travail » pour lutter contre le pillage et « coordonner les efforts régionaux et internationaux pour protéger les antiquités, empêcher le trafic et récupérer ce qui a déjà été volé. »

A l’ouverture de la conférence, la directrice générale de l’Unesco Irina Bokova avait estimé que « les pillages et destructions de sites archéologiques ont atteint une échelle sans précédent » cette année. « Ce nettoyage culturel est utilisé comme tactique de guerre pour terroriser les populations », avait-elle précisé.

 

source:Culture Box, actu, expositions,patrimoine, « L’appel de l’Unesco : « Il faut sauver Palmyre ». » [En Ligne]  http://culturebox.francetvinfo.fr/expositions/patrimoine/combats-en-syrie-le-joyau-de-palmyre-menace-selon-une-ong-219253 (page consultée le 16/05/2015)

Please follow and like us:

mai 16, 2015   No Comments

Article UNESCOPRESS: »La Directrice générale de l’UNESCO condamne les destructions au site de Nimrud. »

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, condamne les nouvelles destructions du site archéologique de Nimrud, mises en scène dans une vidéo circulant sur les médias sociaux.

© Creative Commons - Le Lamassu de Nimrud au nord-ouest du Palais d'Assurnasirpal II, Iraq.

© Creative Commons – Le Lamassu de Nimrud au nord-ouest du Palais d’Assurnasirpal II, Iraq.

« Je condamne cet acte de folie destructrice, qui marque une nouvelle escalade dans l’horreur. Il confirme que les terroristes ne se limitent pas à détruire les représentations figurées, bas-reliefs et statues, mais aussi le site lui-même et ses murs, à coups de pioches et d’explosifs, dans le but d’effacer systématiquement toute trace de l’histoire du peuple iraquien. »

La Directrice générale a exprimé sa solidarité avec le peuple et le gouvernement de l’Iraq et rappelé l’action de l’UNESCO pour la protection du patrimoine et pour coordonner les efforts de la communauté internationale dans la lutte contre le trafic illicite des objets culturels.

« La destruction délibérée du patrimoine est un crime de guerre. Nous mettons tout en œuvre pour lutter contre ces destructions et les documenter pour que les auteurs soient identifiés et traduits en justice, » a déclaré Irina Bokova.

« Face à la propagande de haine qui sous-tend ces destructions et qui circule sur internet, nous devons aussi répondre par des messages de paix et la connaissance de l’histoire. L’UNESCO soutient toutes celles et ceux, en Iraq et ailleurs, qui se mobilisent par tous moyens pour expliquer la valeur de ce patrimoine et rappeler que rien ne peut justifier sa destruction. Cette action sur les consciences est complémentaire de l’action de terrain, et j’invite les leaders politiques et religieux, la société civile, à s’exprimer sur tous les supports, dans le cadre de la campagne #Unite4Heritage, récemment lancée par l’UNESCO. »

L’UNESCO avait dénoncé la destruction du site de Nimrud le 6 mars dernier. Ces nouvelles images témoignent de la destruction totale de la partie nord-ouest du Palais d’Assurnasirpal II (datant de 879 avant J.-C.) dans le site de Nimrud (Kalhu, ancienne capitale de l’empire assyrien), situé à 32 km au sud de Mossoul, et de la destruction de sculptures et de dalles de pierre sculptées de l’époque néo-assyrienne.

L’UNESCO coopère activement avec le gouvernement de l’Iraq, avec les Etats voisins et l’ensemble de ses partenaires pour la protection de ce patrimoine millénaire de l’humanité.

source: UNESCO, ressources, service de presse, dernières actualités, » La Directrice générale de l’UNESCO condamne les destructions au site de Nimrud »[En Ligne] http://www.unesco.org/
new/fr/media-services/single-view/news/unesco_director_general_condemns_destruction
_at_nimrud/#.VS6Kb_msWCk
 (page consultée le 15/04/2015)

Please follow and like us:

avril 15, 2015   No Comments

Article UNESCOPRESS: »La Directrice générale appelle à protéger le patrimoine culturel du Yémen. »

Alors que le conflit s’intensifie au Yémen, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a exhorté toutes les parties impliquées à protéger le patrimoine culturel du pays.

UNESCO/Maria Gropa

UNESCO/Maria Gropa

« Le patrimoine culturel d’une nation est essentiel ; il permet aux citoyens de préserver leur identité, de tirer profit de leur diversité et de leur histoire et de construire un avenir pacifique » , a déclaré la Directrice générale. « Le patrimoine du Yémen est unique. Il reflète des siècles de réflexion sur l’islam, d’échanges et de dialogue. J’appelle les habitants du Yémen, ainsi que des pays de la région impliqués dans les opérations militaires au Yémen, à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour protéger le patrimoine culturel inestimable de ce pays ».

« L’expérience montre que le patrimoine culturel n’est jamais aussi vulnérable qu’en période de conflit. Il est crucial que les parties au conflit évitent de prendre pour cible les sites et les monuments du patrimoine culturel, que ce soit par des tirs d’artillerie, des frappes aériennes ou en les utilisant à des fins militaires », a mis en garde Irina Bokova.

La Directrice générale a rappelé à cet égard les obligations relevant du droit international humanitaire visant à protéger le patrimoine culturel, notamment la Convention pour la protection des biens  culturels en cas de conflit armé, adoptée à La Haye en 1954.

source:UNESCO, ressources, service de presse, dernières actualités, » La Directrice générale appelle à protéger le patrimoine culturel du Yémen » [En Ligne]
http://www.unesco.org/new/fr/media-services/single-view/news/director_general_calls_
for_the_protection_of_yemens_cultural_heritage/#.VRpdLfmsVNM(page consultée le 31/03/2015)

Please follow and like us:

mars 31, 2015   No Comments

Article TV5 Monde: »En Syrie, des fonctionnaires dévoués sauvent des milliers d’antiquités. »

Dans une pièce du Musée de Damas, totalement vide, des employés emballent avec précaution les dernières statues avant de les placer dans des caisses qui partiront vers un lieu sécurisé.

Depuis sa nomination en 2012 à la tête des Antiquités et des musées syriens (DGAM), le professeur Maamoun Abdulkarim n’a qu’une obsession: éviter une réédition de la tragédie de 2003 en Irak après l’invasion américaine.

« J’ai en permanence devant les yeux les images du pillage du musée de Bagdad et des sites irakiens et je me suis dit qu’il fallait à tout prix empêcher que cela se reproduise chez nous », témoigne-t-il.

Ainsi 300.000 pièces et des milliers de manuscrits appartenant aux 34 musées de Syrie, dont 80.000 du musée de Damas, ont été mis à l’abri dans des endroits secrets protégés des incendies, des obus et les inondations.

Terre de multiples civilisations, des Cananéens aux Ottomans, la Syrie regorgeait de trésors datant des époques romaine, mamelouk et byzantine, avec des mosquées, des églises et des châteaux croisés.

Mais près de 300 sites d’une valeur inestimable pour l’humanité ont déjà été détruits, endommagés ou pillés en quatre ans de guerre en Syrie, s’est alarmée l’ONU en se basant sur des images satellitaires.

– 99% des collections sauvées –

Le sauvetage le plus dramatique s’est déroulé le 2 août 2014 à Deir Ezzor (est), tenue en grande partie par les jihadistes du groupe État islamique (EI). Pour éviter un saccage de l’EI comme à Mossoul en Irak deux mois auparavant, la décision fut prise d’évacuer les 13.000 objets de la ville.

« Pendant une semaine, avec deux collègues, nous avons tout enveloppé. Nous avons tout mis dans un camion avant d’essuyer des tirs de mitrailleuses lourdes sur la route », raconte avec émotion Yaarob al Abdallah, directeur des Antiquités de Deir Ezzor au moment des faits.

« Nous avons entreposé les caisses dans un avion militaire au milieu de soldats tués ou blessés. Ce fut terrible, mais nous avons réussi », ajoute cet homme de 46 ans, actuel directeur du Musée national de Damas.

M. Abdulkarim, qui a pris la décision, en a encore des sueurs froides. « Si l’avion était tombé, je perdais trois amis, la Syrie des pièces inestimables et moi j’aurais terminé en prison ».

Il estime que 99% des collections des musées ont été sauvées, grâce au dévouement des 2.500 fonctionnaires qui perçoivent leur salaires, y compris ceux vivant dans les régions rebelles.

« Ils considèrent que la défense du patrimoine est une question d’honneur, équivalent à celle de défendre l’honneur de leur mère », assure le co-directeur de la mission franco-syrienne qui travaillait avant le conflit sur les 700 Villes mortes de l’époque romano-byzantine dans le nord de la Syrie.

Une douzaine de fonctionnaires sont morts, dont cinq sur leur lieu de travail. L’un d’eux a été égorgé par l’EI à Deir Ezzor car il renseignait les services des antiquités sur les trafics mafieux.

– « Isolés du monde » –

M. Abdulkarim s’inquiète surtout des dommages occasionnés à 300 sites et 445 bâtiments historiques dans le pays. Certains l’ont été lors d’affrontements mais d’autres ont été victimes « des fouilles clandestines, parfois au bulldozer », comme à Mari, Doura Europos, Apamée, Ajaja (nord-est), la vallée de Yarmouk à Deraa (sud) et Hamam Turkoman près de Raqa (nord).

« La barbarie des jihadistes, qui détruisent toute représentation humaine et les mausolées musulmans, s’ajoute à l’avidité des groupes mafieux venus du Liban, d’Irak, de Turquie pour acheter les pièces trouvées par les habitants », se désole Ayham al-Fakhry, l’ancien directeur des antiquités de Raqa qu’il a dû fuir en 2012.

« Ils payent 20% de la valeur estimée à l’EI et peuvent empocher les objets pour les vendre en Europe ou dans le Golfe », précise-t-il.

Les défenseurs du patrimoine syrien se plaignent aussi d’avoir été considérés comme des pestiférés par la communauté internationale depuis le début de la révolte antirégime.

« Nous étions isolés car le monde avait coupé toutes les relations avec nous » à l’exception du Liban, de quelques organisations internationales et de l’Unesco, explique M. Abdulkarim.

Pour cet auteur d’une thèse en France sur « Homs à l’époque romaine », « il faut pourtant, après Charlie Hebdo, Mossoul et Raqa, une mobilisation internationale pour sauver la culture, la civilisation ».

Il remarque toutefois que les choses changent timidement depuis six mois. Les Antiquités syriennes ont ainsi été primées pour leur travail ou invitées lors de conférences sur les antiquités syriennes à Venise, en Allemagne et à la fin du mois en France. « C’est le début de la fin du tunnel », espère M. Abdulkarim.

26 MAR 2015/ Mise à jour 26.03.2015 à 15:00/ Par Sammy Ketz/ AFP/ © 2015 AFP
source: TV5 Monde, information,en continu, culture/ art de vivre, « En Syrie, des fonctionnaires dévoués sauvent des milliers d’antiquités » [En Ligne] http://information.tv5monde.com/en-continu/en-syrie-des-fonctionnaires-devoues-sauvent-des-milliers-d-antiquites-24528 (page consultée le 27/3/2015)
Please follow and like us:

mars 27, 2015   No Comments

Article UNESCOPRESS : »L’UNESCO appelle à la mobilisation pour arrêter le « nettoyage culturel » en Iraq. »

« Les images de l’attaque du musée de Mossoul ainsi que des sites archéologiques dans la région de Ninive nous ont saisi d’effroi. Un grand nombre de statues et de bas-reliefs ont été défigurés ou détruits, dans une furie destructrice, à coup de hache, de masse et de marteau piqueur », a déclaré ce matin la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, qui s’exprimait au cours d’une conférence de presse organisée au lendemain de la diffusion d’une vidéo montrant le saccage du musée de Mossoul, en Iraq.

© UNESCO/N. HouguenadeConférence de presse sur les destructions de biens culturels en Iraq

© UNESCO/N. HouguenadeConférence de presse sur les destructions de biens culturels en Iraq

« Cette tragédie est loin d’être seulement un enjeu culturel : c’est un enjeu de sécurité majeur, et l’on voit bien comment les terroristes utilisent la destruction du patrimoine dans une stratégie de terreur, pour déstabiliser et manipuler les populations, et assurer leur domination », a insisté la Directrice générale, qui s’est félicité de la « mobilisation internationale » qui s’est manifestée contre le nettoyage culturel en Iraq.

La Directrice générale s’est entretenue avec le Président du Conseil de sécurité des Nations Unies, Wang Yi, et avec le Secrétaire général, Ban Ki-Moon, pour leur demander de convoquer une réunion d’urgence du Conseil de sécurité sur la protection du patrimoine culturel de l’Iraq en tant qu’élément constitutif de la sécurité du pays. Irina Bokova a ajouté que le Secrétaire général soutenait sa proposition.

En vertu des statuts de Rome de la Cour Pénale Internationale, la destruction délibérée du patrimoine culturel est un crime de guerre. Aussi, l’UNESCO a-t-elle alerté la Cour pénale internationale par le biais de son procureur, Fatou Bensouda, pour l’encourager à ouvrir une enquête.

Enfin, pour lutter contre le trafic illicite des biens culturels, qui participe directement au financement du terrorisme en Iraq et en Syrie, comme le souligne la résolution 2199  adoptée le 12 février par le Conseil de Sécurité,  l’UNESCO est en contact avec tous ses partenaires  (l’Organisation mondiale des douanes, Interpol, le Conseil international des musées ou encore le Conseil international des monuments et des sites). L’Organisation est aussi en lien étroit avec tous les pays voisins et les principales maisons de vente aux enchères. L’UNESCO tiendra prochainement une réunion avec eux pour mettre en œuvre cette résolution.

source:UNESCO, ressources, service de presse, dernières actualités, » L’UNESCO appelle à la mobilisation pour arrêter le « nettoyage culturel » en Iraq » [En Ligne]  http://www.unesco.org/new/fr/media-services/single-view/news/unesco_calls_
for_mobilization_to_stop_cultural_cleansing_in_iraq/#.VPR1HvmG9NM
(page consultée le 02/03/2015)

Please follow and like us:

mars 2, 2015   No Comments